Blog Alten

Découvrez ALTEN autrement à travers le témoignage de nos talents et les engagements du Groupe.

Quel rôle pour l’ingénieur dans le projet collectif « zéro carbone » ?

Présentée le 24 octobre 2019, la Charte de l’ingénierie pour le climat a aussitôt recueilli 40 premières signatures d’ETI, PME et groupes internationaux intervenant dans tous les secteurs d’activité, implantés partout en France.
Syntec-Ingénierie a proposé des indicateurs pour suivre les progrès des entreprises. Des bilans annuels seront effectués.

 

« Parce qu’elle intervient dès la conception des bâtiments, des transports, des infrastructures, etc., l’ingénierie est au cœur des solutions qui permettent de réaliser des projets à moindre impact carbone ». Ainsi s’exprime Pierre Verzat, Président de Syntec-Ingénierie. C’est donc en toute logique que la fédération professionnelle propose à ses adhérents de signer la Charte de l’ingénierie pour le climat. Christophe Longepierre, Délégué Général, en explique la genèse et les engagements.

 

Comment est née l’idée de rédiger une Charte de l’ingénierie pour le climat ?

Il s’agit d’une initiative issue du Conseil des jeunes professionnels, des ingénieurs avec un à trois ans d’expérience, qui ont pour mission de porter un regard neuf sur les habitudes de travail du secteur de l’ingénierie.

Les enjeux climatiques ressortent de façon très prégnante parmi leurs points d’intérêt et c’est ainsi qu’est venue l’idée de cristalliser sur ce sujet en partageant des idées, des réflexions et un engagement avec nos entreprises adhérentes. Cela se concrétise par cette Charte dont les objectifs sont de faire valoir les capacités des sociétés d’ingénierie dans la décarbonation de l’économie, et de fédérer les entreprises autour d’une même dynamique en faveur du zéro carbone.

 

À quoi s’engagent les signataires ?

Ils s’engagent à mener à bien des actions concrètes et ambitieuses, aussi bien en interne que dans le cadre des projets réalisés pour leurs clients. Que ce soit pour les solutions de mobilité, les bâtiments intelligents, les énergies propres, l’industrie 4.0, l’ingénierie apporte des solutions technologiques mais également organisationnelles à ses clients publics et privés pour réduire l’empreinte carbone de leurs projets. Avec la Charte, les entreprises signataires vont plus loin, au niveau des projets qui leur sont confiés, au niveau de leurs propres activités, au niveau de leurs collaborateurs.

 

Concrètement, comment cela se traduit-il ?

Pour ce qui concerne le métier de l’ingénierie et sa responsabilité sur les projets, la Charte affirme son rôle de conseil et de prescripteur auprès des décideurs. Les entreprises d’ingénierie devront privilégier des solutions bas carbone (depuis leur éco-conception jusqu’à leur recyclage), prévoir des mécanismes de compensation le cas échéant, éclairer les choix des décideurs en faveur de solutions sobres en carbone, grâce à des analyses et des outils d’aide à la décision.

Le deuxième volet de la Charte porte sur les actions au sein des sociétés d’ingénierie elles-mêmes pour réduire leur empreinte carbone. Elles s’engagent à revoir leur politique de déplacement (flotte de véhicules électriques, limitation des déplacements en général et en avion en particulier, télétravail, visio conférences, etc.), à modifier les habitudes de vie au travail (suppression du plastique à usage unique, usage écoresponsable des outils numériques, etc.), à mettre en place des indicateurs pour suivre et maîtriser leur empreinte carbone (certification ISO 14001, publication annuelle d’un indice climat…).

Enfin, en interne, les signataires de la Charte s’engagent à recueillir systématiquement les propositions de leurs collaborateurs, à ouvrir un dialogue et à envisager des solutions pour améliorer les projets. Au sein de son entreprise, tout collaborateur peut exercer un rôle d’interpellation et de conseil, ce qui s’accompagne d’une adaptation des processus de décision des entreprises.

 

Peut-on dire que cette charte place l’ingénierie dans une position stratégique pour la préservation de la planète de manière générale, et la lutte contre le réchauffement climatique en particulier ? 

Cette Charte est un signal fort : elle renforce l’engagement des entreprises d’ingénierie en faveur d’un développement durable et elle affirme aux jeunes ingénieurs, qui débutent dans ce métier, que leur carrière professionnelle est propice à un engagement personnel en faveur du climat.

Le climat est devenu une préoccupation majeure des salariés qui souhaitent que leur travail ait un impact positif sur la planète. Des solutions existent. À nous de les promouvoir et de les mettre en oeuvre, ensemble.

« 40 entreprises ont déjà signé, d’autres vont suivre, je suis très confiant, déclarait Christophe Longepierre au lendemain de la présentation du texte. La signature de cette charte génère beaucoup de fierté. C’est une démarche engageante, une démarche de progrès ».

 

Découvrez notre article ALTEN s’engage : Réalisation d’un bilan carbone

 

 

Découvrez l’intégralité de la revue Eurêka et à travers elle, les différentes actions menées par le Groupe ALTEN dans le cadre de projets et en interne.

Recherchez parmi 489 offres de poste ALTEN