Blog Alten

Découvrez ALTEN autrement à travers le témoignage de nos talents et les engagements du Groupe.

ALTEN s’envole avec Pierre pour le Tour de France aérien solidaire Rêves de gosses

Pierre, diplômé de l’école Polytech’Nice, est Ingénieur ALTEN validation systèmes chez IES Synergy. Pilote passionné, il a rejoint l’association Rêves de Gosses pour participer au Tour de France aérien 2017 et ainsi offrir des baptêmes de l’air à des enfants en situation de handicap, point d’orgue d’actions de sensibilisation qui ont lieu tout au long de l’année, telle que « l’Action remarquable« . Il s’agit d’une démarche pédagogique permettant de faire se rencontrer, dans le cadre d’activités menées en commun, des enfants « extraordinaires », touchés par le handicap ou la maladie, et des enfants « ordinaires ».

Engagé dans de nombreuses actions de sensibilisation au handicap, ALTEN apporte son soutien à Pierre et l’association Rêves de Gosses dans le cadre de son programme de sponsoring Nos salariés ont du talent.

photo-avec-parrain               Affiche Rêves de gosses - 2017 sponsoring ALTEN

Thomas, Président de l’Aéroclub Rossi Levallois et José Garcia, parrain du Tour de France aérien Rêves de Gosses.

 

Quel est ton parcours en quelques mots ?

 

Après un bac électronique, j’ai fait un DUT de Mesures Physiques. Je pense que cette formation, très poussée dans les différentes approches de la physique appliquée m’a permis de me constituer une base solide à la fois professionnelle, mais aussi pour ce qui allait devenir ma passion. Après ce DUT, je suis rentré en école d’ingénieur électronique et informatique industrielle en alternance. L’école est à Sophia Antipolis, l’entreprise à Salon de Provence, ville berceau d’un grand nombre d’aviateurs. Si plus jeune je m’étais sagement raisonné devant le coût d’une formation de pilote, vivre à Salon et voir tous les jours les avions de la Patrouille de France (PAF) et de l’Equipe de Voltige de l’Armée de l’Air (EVAA) s’entraîner n’a pu que raviver une flamme jamais vraiment éteinte.

Lors de ma dernière année d’école d’ingénieur, au hasard d’une discussion avec un pilote, celui-ci m’emmène faire un tour en avion. Dès lors, le virus prend, plus tenace que jamais. Je m’inscris à l’aéroclub Rossi Levallois et commence ma formation de pilote privé (PPL). Il faut évidemment plus d’un an pour obtenir une licence de pilote, et la fin de mes études m’amène à intégrer ALTEN, à Lyon.

Un an et demi après le début de ma formation PPL, je passe avec succès le vol de contrôle. Mes différentes missions chez ALTEN m’entraînent successivement à Lyon, Annecy, puis, une opportunité de mobilité au sein d’ALTEN me permet de redescendre dans les bouches du Rhône. Durant ce temps, je me suis un peu plus investi dans la gestion de l’aéroclub et je suis désormais membre du conseil d’administration.

 

Comment as-tu été amené à participer au Tour de France aérien « Rêves de Gosses » ?

 

Le monde de l’aviation est un monde de passionnés. Cela m’a été démontré dès mes premières heures de vol, et lors de nombreuses rencontres avec des pilotes, mécanos, constructeurs d’avions, contrôleurs, vélivoles, spotters… Cette passion se partage, et il m’est arrivé moi-même de partager cette passion avec de nombreuses personnes.

En 2016, Thomas, le président de l’aéroclub qui participe au Tour aérien « Rêves de gosses » depuis plusieurs années, m’a proposé de se joindre à lui pour l’édition 2017 du tour.

 

Quel est ton rôle au sein du projet ?

 

Nous serons quatre pilotes pour réaliser ce Tour de France. Mimouss et Prince (deux pilotes de chasse qui volent sur Mirage 2000), Thomas et moi-même. Rêves de gosses Tour aérien 2017Pour nous, l’objectif de ce Tour de France est d’offrir des baptêmes de l’air à des enfants en situation de handicap.

Il faut savoir que, réglementairement, les baptêmes de l’air (ou « vols de découverte » dans la dernière réglementation) sont très cadrés. Ils ne peuvent se faire que sur des avions certifiés, avec un pilote détenant un PPL et ayant plus de 200 heures de vol depuis l’obtention de sa licence, ou détenant un CPL (licence de pilote commercial). De l’équipage, je suis le seul ne remplissant pas encore toutes les conditions : je n’ai à mon actif que 160 heures de vol. Cela ne veut pas dire pour autant que je serai inutile, loin de là. J’aurai notamment à préparer et effectuer un certain nombre de vols de mise en place entre les différentes étapes du tour, je serai également en charge des briefings de nos baptisés.

 

Qu’est-ce que l’aviation t’apporte dans ton quotidien perso et pro ?

 

La liste est longue, et je crains d’oublier certaines choses… L’activité elle-même fait appel à des connaissances de domaines nombreux et variés. On pense principalement à la physique du vol (aérodynamique, mécanique du vol, mécanique moteur, performances avions, les instruments…), mais également à la réglementation (espace aérien, règles de vol…), météorologie, navigation (au cap et à la montre, avec les instruments de radionavigation, les cartes…). Je ne vais pas lister tous les éléments, il y en a beaucoup.

A côté de cette activité qui fait purement référence au vol, il y a aussi toute la gestion de l’aéroclub. Ceci se fait en équipe et avec des personnes venant d’horizons parfois très différents. Fort heureusement, parce que là encore les domaines sont très divers. Trésorerie, gestion de la flotte d’avions et de la mécanique… De mon côté, je suis entre autres en charge du système de gestion des réservations des avions, compétences professionnelles obligent. Je m’occupe également de l’approvisionnement du bar. Très important en aéronautique, non pas parce qu’il vaut mieux un pilote plein qu’un réservoir vide, mais parce que ce lieu permet aux pilotes d’échanger leurs expériences ! Il est toujours préférable d’apprendre des erreurs des autres pour éviter de les reproduire soi même.

Il y a aussi la dimension humaine de la gestion de l’aéroclub : la quasi-totalité des membres sont bénévoles, et cela comprend les membres du conseil d’administration ainsi que le chef pilote et les instructeurs du club. Que ce soit donc pour l’organisation des cours théorique, des événements où des travaux nécessaires au maintien du club, il faut donc faire preuve de clairvoyance.

 

Quelles sont les prochaines étapes du Tour ?

 

Il reste encore de nombreuses étapes de préparation à franchir avant le début du tour. Il est évident que tous les pilotes participant doivent être à jour de leurs licences de vol, licences médicales, et surtout avoir l’expérience récente nécessaire. En aéronautique, une licence, pour être valable, doit être maintenue.

Oui, l’aéronautique est très réglementée, et pour effectuer des baptêmes de l’air, il existe encore d’autres contraintes : il faut avoir effectué 5 heures de vol sur le type d’avion considéré ainsi que 5 atterrissages et décollages dans les 3 derniers mois, et 15 heures de vol dans les 12 derniers mois.

Un détail encore : il nous a fallu trouver un avion respectant les contraintes fixées par l’organisation de Rêves de Gosse. Pour des raisons de disponibilité, de performances requises et de réglementation, nous nous sommes orientés vers un avion de l’aéroclub de Saint-Dizier, à qui il nous faudra montrer patte blanche avant de se faire lâcher sur cette machine !

 

Pierre-et-enfant-pour-Rêves-de-Gosses

 

Recherchez parmi 514 offres de poste ALTEN