Blog Alten

Découvrez ALTEN autrement à travers le témoignage de nos talents et les engagements du Groupe.

TARANIS ou la face cachée des orages

Le satellite TARANIS est le fruit d’une collaboration entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES) et ses partenaires dont ALTEN fait partie depuis plus de 20 ans.
Nos équipes ont été notamment en charge de l’Assemblage, de l’Intégration et des Tests de ce bijou de technologie.
Retour sur une aventure hors du commun, vécue de l’intérieur par nos équipes, qui en ont encore des étoiles plein les yeux !

 

« Par TARANIS ! » – Mais quelle est donc la mission de ce satellite ?

 

Assemblage de la plateforme et de la charge utile du satellite Taranis en salle blanche au Centre spatial de Toulouse

© CNES/OLLIER Alexandre, 2018

Observer les phénomènes électromagnétiques dans les hautes couches de l’atmosphère, plus précisément au-dessus des nuages d’orages, telle est l’ambitieuse mission de TARANIS (le dieu de l’orage et de la foudre dans la mythologie gauloise).

Les manifestations que nous constatons depuis la Terre sont des éclairs, parfois de la grêle. Mais au-dessus des nuages, des phénomènes lumineux se produisent. Les premiers à les avoir repérés sont les pilotes de ligne, qui croyaient presque à des hallucinations en observant ces jets de lumière bleus et rouges ! Ces phénomènes durent en réalité quelques millisecondes et correspondent à des flash lumineux et gamma se produisant entre 20 et 100 Km d’altitude.

L’objectif du CNES est de chercher à comprendre ces phénomènes grâce à TARANIS : comment sont-ils générés et à quoi servent-ils ? Peuvent-ils avoir des impacts sur le climat, sur la Terre ?

Pour enregistrer simultanément et à haute résolution les signatures optiques, X-gamma, électroniques et électromagnétiques des flash lumineux, TARANIS embarquera une dizaine d’instruments avec des détecteurs de photons, de rayons et de grandes antennes hautes & basses fréquences.

Il s’agit d’un aménagement très complexe auquel les ingénieurs ALTEN ont pris part au CNES à Toulouse, avant que le satellite ne passe toute une batterie de tests : environnementaux, de performance et même de bonne santé ! Des tests relevés haut la main pour ce satellite qui n’affiche pas moins de 200 Kg sur la balance et atteint fièrement le m3.

 

ALTEN, spécialiste de l’AIT

 

Depuis plus de 15 ans, ALTEN réalise des prestations d’AIT aux côtés du CNES pour la filière micro-satellites (des satellites ne dépassant pas les 400 Kg).
Pour la mission TARANIS, ALTEN a une nouvelle fois démontré sa capacité à réaliser toutes les étapes de l’AIT. Il s’agit d’un contrat très engageant, couvrant le dernier volet de préparation du satellite avant son opération en vol : construction pièce par pièce, reproduction des contraintes spatiales et de tous les scénarios qu’il pourra rencontrer sur son orbite héliosynchrone à 700 Km d’altitude, montage sur le lanceur…

Plus en détails, le travail d’ingénierie AIT du système électrique et fonctionnel consiste à rédiger, puis dérouler en salle blanche, les procédures d’essais sur l’équipement de vol, nécessitant la maîtrise de tous les sous-systèmes qui le composent :

  • Alimentation : module de gestion de l’énergie à bord
  • Radiofréquence : émetteurs, récepteurs, communication bord-sol
  • Gestion bord : calculateur et logiciel de vol
  • Contrôle thermique : réchauffeurs, thermistances
  • Déploiement pyrotechnique (pour les générateurs solaires et les antennes)

Toutes ces manipulations requièrent certes des expertises techniques, notamment en électrique-électronique, validation fonctionnelle, mécanique, radio-fréquence mais pas que ! Le savoir-faire d’ALTEN réside aussi dans la capacité des équipes à manager un projet, en assurer la qualité, anticiper les aléas, réorganiser l’activité si besoin…

 

Travailler sur un satellite, c’est aussi faire partie d’une équipe qui poursuit un objectif commun, dans un environnement très particulier : la salle blanche.

Un environnement d’autant plus particulier quand on sait que les équipes TARANIS ont dû s’adapter à des conditions encore plus drastiques d’hygiène et de propreté imposées par la crise sanitaire, pour relever du mieux possible les défis du planning.

Si AIT rime avec rythme de travail très engageant, il n’en reste pas moins que les ingénieurs ALTEN ayant œuvré depuis 2014 sur l’AIT TARANIS en ressentent une vraie fierté. Travailler pour le CNES, acteur de référence dans le spatial, avec des instruments à la pointe de la technologie et sur des équipements qui feront avancer la recherche scientifique…
Une expérience et des souvenirs marquants, comme le confirme Dominique Palanque, Directeur de Projet ALTEN :

 

« Voir une fusée s’allumer, traverser le ciel et emporter un satellite sur lequel on a travaillé pendant plusieurs années, c’est un moment qui reste gravé dans nos esprits pour très longtemps ».

 

Lancement de TARANIS

C’est un tout autre chapitre de la vie de TARANIS qui devait s’ouvrir mi-novembre au départ de Kourou : celui de son grand saut dans le vide spatial, pour 2 à 4 ans de mission.
Hélas, le 17 novembre 2020 a été annoncé l’échec du lancement du lanceur Vega qui devait mettre en orbite le satellite TARANIS.

8 minutes après le décollage, après l’allumage du 4ème étage du lanceur, une dégradation de sa trajectoire a été constatée, conduisant à la perte de la mission.

Le Groupe ALTEN tient à faire part de son soutien plein et entier à toutes les équipes mobilisées depuis plusieurs années sur ce projet, et en particulier aux équipes ALTEN qui ont travaillé sur l’AIT du satellite.

La conception et l’intégration du satellite TARANIS ont permis de nombreuses avancées en termes d’ingénierie spatiale.
Bien que la mission n’ait pas abouti, sa plus-value reste indéniable sur le plan technologique et les retours d’expérience TARANIS nourriront les prochains projets AIT.

 

 


Photo de une : © ALTEN / SapienSapienS 

Recherchez parmi 180 offres de poste ALTEN